Traitement de la dermite estivale chevauxGratte, dermatite, gale d’été et bien d’autres termes sont employés pour décrire cette affection redoutée qui malheureusement touche un grand nombre de chevaux et de poneys et cause bien des soucis à leurs propriétaires.

 

Les causes de la dermite estivale

La dermite estivale récidivante équine (DERE) est provoquée par une réaction allergique à la salive des insectes, principalement des culicoïdes. Elle est notamment présente chez les chevaux, poneys et ânes hypersensibles. On note d’ailleurs que les animaux ayant des antécédents allergiques (cutanés, alimentaires…) ont plus de risques de développer une dermite estivale. Il semblerait que certaines races soient plus touchées que d’autres : Islandais, Arabe et d’autres. Dans les cas les plus graves, les symptômes sont visibles également l’hiver.

 

Les symptômes

La dermite estivale peut apparaître à n’importe quel moment de la vie de l’animal. Un déménagement ou un changement de condition de vie peuvent déclancher des symptômes. Dès l’apparition des insectes incriminés – typiquement d’avril à octobre, pendant les périodes chaudes et humides -  les symptômes en tendance à s’intensifier.

Habituellement localisé au niveau de la queue et de la crinière, le grattage peut aussi toucher l’ensemble du corps. On note d’abord des crins ébouriffés et cassants. Petit à petit, à cause du grattage intensif, des zones sans poils apparaissent, voire, des plaies. Il faut alors veiller à ce qu’il n’y ait pas d’infections.

Les chevaux souffrants de dermite sont parfois difficiles à monter, ils sont « à cran », plus sensible et nerveux. L’énervement et l’inconfort peuvent également entraîner un amaigrissement si le cheval est gêné pour manger.

 

Prévenir et traiter

 

Dermite gratteMieux vaut prévenir que guérir. Ce vieil adage a toute sa place dans la gestion du cheval dermiteux. Les premières mesures doivent être environnementales :

  • Dans la mesure du possible, rentrer le cheval atteint aux heures les plus chaudes, ou au moins à la fin de la journée quand les insectes sont très actifs.
  • Éviter de laisser un cheval dans un prés situé près d’un plan d’eau, d’une rivière ou d’une marre.
  • Penser à changer l’eau régulièrement, à nettoyer les abreuvoirs et à ne pas laisser d’eau stagnante. Cela permet de casser le cycle de reproduction des insectes qui pondent dans l’eau.
  • Essayer d’éliminer les objets sur lesquels l’animal peut se gratter.

Il est possible de soulager le cheval en investissant dans un équipement anti-dermite.

Finalement, il faut traiter les symptômes lorsqu’ils sont là, le plus tôt est le mieux pour éviter de tomber dans un cercle vicieux :

Avant d’en arriver là, il est possible de préparer la peau en donnant des compléments alimentaires riches en oméga, vitamines B et en acides aminés. Il est conseillé de commencer avant que les symptômes apparaissent.